LE MASSIF DES CALANQUES

Les calanques de Marseille, ou massif des Calanques, sont un massif littoral, s’étendant sur plus de 20 km de côtes sur la mer Méditerranée entre le quartier de La Madrague (au sud-ouest de Marseille) et la commune de Cassis, en passant par Les Goudes et Callelongue. C’est un des sites naturels les plus remarquables de France, et une zone majeure de ressources naturelles pour son million de visiteurs annuels. Le mot calanque (du provençal calanco) désigne une vallée creusée par une rivière, puis récupérée par la mer.
Les innombrables fossiles incrustés dans le calcaire témoignent d’une histoire qui a commencé, il y a plus de cent mil- lions d’années, par l’accumulation de sédiments au fond de la mer, puis par un soulèvement à l’ère tertiaire, époque de la formation des Alpes. L’érosion a accentué les fractures, pour donner naissance au relief tourmenté que l’on observe aujourd’hui.
La grotte Cosquer située dans le massif, sous les eaux, témoigne de la durée d’occupation du site par les hommes. Les calanques de Marseille ont été le théâtre d’une multitude d’histoires rocambolesques dont vous aurez un aperçu
au cours de votre croisière à bord du Levantin.
Flore
Le massif des Calanques constitue un écosystème particulier. Le sol y est quasi inexistant, les falaises calcaires prolongées d’éboulis sont parcourues de très nombreuses failles et ssures dans lesquelles s’ancrent les racines des végétaux : bruyère multi ore erica, coussins épineux de l’astragale de Marseille, laurier-tin, chêne kermès, salsepa- reille, pin d’Alep et genévrier accompagnent des espèces endémiques comme la fougère scolopendre ou l’herbe à Gouffé, qui est quasiment un des symboles des Calanques.
Au total, on peut considérer que 83 espèces sont protégées nationalement ou régionalement, soit inscrites sur la liste des espèces menacées.
Faune
La faune des Calanques est soit adaptée, le plus souvent et en particulier pour les insectes, soit relique comme l’aigle de Bonelli. Les oiseaux nicheurs sont remarquables et le massif abrite un très fort pourcentage d’oiseaux marins puisque 30 % de la population des puffins cendrés et des océanites tempêtes de France se trouvent dans ce massif, ainsi que 10 % des puffins de Méditerranée.

L’ARCHIPEL DE RIOU

Au large du Massif des Calanques, s’étendent, en file indienne, les îles de Maïre, Jarre, Jarron, Plane, Riou accompagnées de quelques îlots. Cet ensemble forme l’archipel de Riou, unique archipel inhabité du littoral continental français. Ce site, très minéral, culmine à 191 mètres et compte près de 25 kilomètres de côte découpée en une multitude de criques.

Les versants Nord montrent des pentes couvertes d’une mosaïque de buissons de lentisques qui alternent entre éboulis, roche nue et végétation.

Les versants Sud donnent le spectacle d’un monde complètement minéral, découpé par de vertigineuses falaises qui plongent brutalement dans la mer.

Ces îles constituent un véritable sanctuaire pour de nombreuses espèces rares, tant animales que végétales et présentent un patrimoine naturel reconnu à l’échelle européenne. La diversité de la flore y est surprenante (plus de 320 espèces végétales dont 18 protégées par la loi), c’est un site de première importance pour la reproduction des oiseaux marins français. Parmi les espèces présentes sur l'île, on trouve notamment le lézard ocellé et le lézard des murailles, de nombreuses espèces d'oiseaux dont trois protégées le puffin cendré, le puffin de Méditerranée et l'océanite tempête (on recense là le seul site de reproduction français pour le cormoran huppé)

LA COTE BLEUE

La Côte Bleue désigne la portion de côte méditerranéenne située à l’ouest de Marseille. Le nom de « Côte Bleue » fait référence à la couleur de l’eau qui entoure le massif.
Moins connues que les calanques situées entre Marseille et Cassis, les calanques de la Côte Bleue, entre Carro et L’Estaque sont elles aussi des calanques calcaires, abritant de petits ports et des plages magni ques et préservées car difficilement accessibles depuis la terre.
De la sortie de Marseille (L’Estaque) jusqu’à Carry-le-Rouet, aucune route ne suit la côte, dont les rochers tombent à pic dans la mer, laissant à peine la place aux petits ports blottis dans leurs calanques.

L’ARCHIPEL DU FRIOUL

L’archipel du Frioul (en provençal Frieu) est un archipel situé environ à 7 km au large de Marseille constitué de quatre îles, l’ensemble atteignant 200 ha. Les Îles constituent un des 111 quartiers de Marseille rattaché au 7e arrondissement.
Sur le plan géologique, il est semblable aux calanques de Marseille et aux madragues de l’Estaque, il présente des falaises de calcaire blanc stratifé tombant dans la mer.
Sur le plan oristique, on retrouve toutes les espèces endémiques du littoral provençal, ainsi que quelques espèces rares et protégées, propres aux îles de Marseille.
On y trouve de nombreuses fortifcations (les forts de Ratonneau et celui de Pomègues, le fort du Brégantin, le sémaphore de Pomègues, les batteries du cap de Croix, du cap Caveaux, etc.), le magni que Hopital Caroline restauré, le fameux chateau d’If, ayant servi de prison pendant près de 400 ans, et rendu célèbre par le roman d’Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo (l’un des sites les plus visités de Marseille, classé monument historique) et nombres de bâtiments témoins de l’histoire.
Les îles du Frioul sont toutes sans voitures et même le vélo y est admis sous contrainte. On y trouve un port de plaisance de plus de 600 places, bordé de commerces longeant le port et d’habitations. Environ une centaine d’habitants vivent à l’année sur ces îles, enfants, adultes ou retraités, ainsi que des plaisanciers vivant sur leurs bateaux.

CONTACT

TOUTE NOTRE ÉQUIPE SE TIENT À VOTRE DISPOSITION !
N'HÉSITEZ PAS À NOUS CONTACTER AU :
04 91 24 40 40
OU PAR MAIL : OLYMPE@LEVANTIN.FR